Membre de l'ordre des Experts-Comptables

Le Blog de Clementine

Actualités comptables et fiscales, conseils, guides et livres blancs.

Quels sont les méthodes de recouvrement de créances ?

Comptabilité, social et juridique

Dernière mise à jour le · 5 min

Photo de couverture de l'article

Quels sont les méthodes de recouvrement de créances ?

Une créance est une dette qu’un particulier ou un professionnel doit à un autre particulier ou professionnel. On nomme « débiteur » la personne qui doit payer la créance. Le recouvrement de créances intervient donc au moment où la créance est impayée. Le recouvrement de créances est toujours une étape délicate. La première étape est donc de recourir à un recouvrement à l’amiable. Par la suite, si le recouvrement à l’amiable n’aboutit pas, le créancier peut porter l’affaire en justice et procéder à un recouvrement judiciaire pour obtenir le paiement de la créance.

1. Le recouvrement de créances à l’amiable

a. Procédure

Le recouvrement de créances à l’amiable consiste à obtenir le paiement d’une créance impayée. Pour cela, il est possible de négocier, sans procédure judiciaire, par de relances et enfin l’encaissement de la dette. En premier lieu, le recouvrement à l’amiable commence par une relance. La relance doit comporter certaines mentions obligatoires, à savoir le nom et l’adresse du créancier ainsi que le montant, la nature et le détail de la créance. Cette relance doit également contenir la mention de l’obligation de payer et les textes législatifs correspondants.

Les relances à l’amiable peuvent prendre différentes formes. Il est possible de faire des relances téléphoniques. Cette méthode permet d’avoir un contact direct avec le débiteur et d’obtenir une réponse immédiate. Ensuite, il est possible de relancer le débiteur par courrier (écrit, mail, fax). Celui-ci permet d’exposer une argumentation progressive et mesurer sans pour autant envoyer un message trop radical qui pourrait bloquer le débiteur. Enfin, la dernière méthode est d’obtenir un rendez-vous physique entre le créancier et le débiteur afin de débloquer la situation et négocier le recouvrement de créances.

b. Mise en demeure

Dans le cas où toutes les tentatives de contact sont restées sans réponse, il est temps de mettre en demeure le client. Pour cela, il faut donc envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception ou un courrier par l’intermédiaire d’un huissier de justice. Ce courrier doit comporter les termes « mise en demeure » et une date limite de paiement. Ce document est le dernier avertissement avant de passer à un recouvrement judiciaire.

c. Solution alternative

Avant le recouvrement judiciaire, il existe quelque mesure alternative pour mettre un terme à une créance impayée. Il est possible de réaliser une compensation. Celle-ci permet au créancier de se rembourser en réduisant les éventuelles dettes du débiteur. Enfin, il est également possible de réaliser une transaction. Cette solution de compromis permet de garder de bonnes relations avec ces clients et d’éviter des démarches longues et coûteuses.

2. Le recouvrement judiciaire

Lorsque le recouvrement de créances à l’amiable n’a pas abouti, le créancier peut lancer la procédure de recouvrement judiciaire afin d’obtenir le paiement de la créance. En générale, cette démarche est délégué auprès d’un cabinet de recouvrement, un huissier ou encore un avocat. Il existe trois procédures de recouvrement judiciaire.

a. L’injonction de payer

L’injonction de payer est la procédure la plus courante pour le recouvrement de créances. Pour obtenir cette procédure, il faut faire une demande au greffe du tribunal (en générale, celui du lieu de résidence du débiteur). Cette demande doit indiquer le nom du créancier, celui du débiteur, le montant de la créance ainsi que tous les justificatifs nécessaires (contrat signé, bon de commande, reconnaissance de dette, lettre de relance, mise en demeure…). Ensuite, le juge prend la décision ou non d’accorder une injonction de payer. Dans le cas où l’injonction de payer est accordée, un huissier doit informer le débiteur dans un délai de six mois. Suite à cela, le débiteur a un mois pour contester. Passé ce délai, si le débiteur n’a pas fait opposition et n’a pas payé la créance, le créancier peut alors engager un huissier de justice pour établir une saisie du patrimoine du débiteur.

b. L’assignation en paiement

Cette procédure consiste à obtenir un document obligeant le débiteur de payer sa créance. Le débiteur est donc assigné à comparaître devant le tribunal. Lors de cette audience, le débiteur peut alors reconnaître ces dettes et négocier une échéance de paiement ou de contester la dette en y apportant les preuves. Dans le cas où le juge délivre un exécutoire, le débiteur sera informé de cela pas un huissier de justice. Enfin, si le débiteur ne paie toujours pas, le créancier peut alors l’assigner en redressement judiciaire ou demander une saisie forcée des biens du débiteur par un huissier de justice.

c. Le référé-provision

Cette procédure de recouvrement de créances permet de saisir le juge des référés afin d’obtenir une obligation de paiement pour le débiteur. Cette obligation de paiement a pour but que celui-ci paye immédiatement sa créance, et cela, dans sa totalité avec les intérêts de retard. Le créancier doit mettre tous les documents de preuves à disposition du juge, à savoir les devis, le bon de commande, les conditions générales de vente, les lettres de relance, la mise en demeure…

Le débiteur peut alors contester la créance en apportant les preuves nécessaires, dans ce cas, le créancier doit passer par l’assignation en paiement. Le débiteur peut également contester en partie la créance, dans ce cas, le créancier peut obtenir la partie non contestée par le débiteur. Si le débiteur de conteste pas, le créancier reçois le paiement dans l’immédiat ou alors, il peut demander une saisie des biens si le débiteur ne paye pas.

Photo de profil de Clementine

Article écrit par Clementine

Clementine sur Youtube

Découvrez la démo du logiciel Clementine

Participer au Webinar

Articles similaires

Comptabilité, social et juridique

Comment étaler vos dettes sociales ?

Chaque année, une entreprise doit pouvoir s’acquitter de ses cotisations sociales. Ces cotisations concernent principalement l’assurance maladie, les accidents de travail, l’assurance vieillesse, etc. Mais dans certaines situations, il arrive qu’une entreprise ne puisse plus s’acquitter de ces obligations.

· 3 min

Comptabilité, social et juridique

Facturer à l’étranger en freelance

Vous êtes freelance et travaillez avec des clients étrangers? Pour facturer à l'international il y a certaines informations à prendre en compte. Zone UE ou hors UE ? Quelle devise ? Avec ou sans TVA ? Dans cet article nous allons aborder tous ces sujets. 1- Rappel : Qu’est-ce qu’un freelance ? En guise de rappel, l’anglicisme freelance signifie, en français, travailleur indépendant et autonome.

· 3 min

Comptabilité, social et juridique

La différence entre capitaux propres et capital social

En tant qu’entrepreneur, les termes de capitaux propres et de capital social feront partie de votre quotidien. Si ces deux termes peuvent souvent être assimilés à un seul et même concept, ils sont, dans les faits, totalement différents. Chez Clementine.fr, nous pensons qu’il est important que ces deux éléments fiscaux ne puissent plus être confondus.

· 4 min

Des offres adaptées à toutes les tailles d'entreprises

Dès 25€HT / salarié / mois

Un de nos gestionnaires de paie établit les bulletins de salaire de vos salariés et les déclarations sociales de votre entreprise.

Comparer les offres en détail
  • Bulletins de paie et charges mensuelles
  • Déclarations sociales, contrats de travails
  • Conseils illimités avec notre gestionnaire de paie
  • Et plus encore !
Démarrer

Dès 39€TTC / mois

Un Expert-Comptable Clementine vous accompagne dans la création de votre micro-entreprise et vous avez accès à notre logiciel comptable.

Comparer les offres en détail
  • Création de votre micro entreprise incluse
  • Accès à notre application de gestion comptable
  • Devenez un micro entrepreneur en 48h
  • Et plus encore !
Démarrer

Dès 59€HT / mois

Expertise-Comptable idéale pour freelances, consultants, artisans, professions libérales et prestataires de services.

Comparer les offres en détail
  • Synchronisation bancaire illimitée
  • Annotation automatique des transactions
  • Gestion des notes de frais
  • Module de facturation
  • Et plus encore !
Démarrer

Dès 99€HT / mois

Expertise-Comptable adaptée pour les dirigeants de TPE-PME, commerces et E-commerçants.

Comparer les offres en détail
  • Suivi des grands-livres
  • Synchronisation bancaire illimitée
  • Annotation automatique
  • Gestion des notes de frais
  • Liasse fiscale
  • Et plus encore !
Démarrer
Karine Le Marchand, ambassadrice Clementine.fr

Parlons de votre activité

Renseignez vos coordonnées, un conseiller Clementine vous contactera rapidement pour préparer notre collaboration.

Devis gratuit

Tarifs transparents et abordables, appelez nous au 03 83 93 14 14

4.2 sur 5 sur

4.2 sur 5 sur