Membre de l'ordre des Experts-Comptables

Le Blog de Clementine

Actualités comptables et fiscales, conseils, guides et livres blancs.

Les principes comptables à connaître

Création et financement

Dernière mise à jour le · 5 min

Photo de couverture de l'article

Lorsqu’un entrepreneur décide de se lancer dans la création d’une entreprise, il doit se soumettre au remplissage des formalités nécessaires. Il est aussi dans l’obligation de tenir une comptabilité fiable et explicite. Tout ceci dans le but d'accorder au fisc, une visualisation claire des sommes d’argents qui circulent dans le cadre de son activité. L'intérêt de cette démarche présente donc un aspect juridique. Le fait de tenir la comptabilité de votre entreprise implique en conséquence de prendre connaissance des principes comptables en vigueur. 

1- Qu’est-ce qu’un principe comptable ?

Il s’agit d’un élément qui a pour objectif de garantir la fiabilité et la cohérence des informations comptables d’une entreprise. Il revient de ce fait à chaque expert-comptable de respecter chacun de ces principes, afin d’établir aisément les comptes annuels des entreprises qu’ils ont à charge.

2- Les principes comptables en vigueur

Il existe une multitude de principes comptables qui doivent être respectés. Dans cet article, nous allons vous énumérer 12 principes primordiaux.

2-1- Le principe d’indépendance des exercices

Une entreprise doit produire des comptes de manière périodique au cours de chaque exercice comptable. Sauf cas exceptionnel, un exercice comptable a une durée de 12 mois. Il faut donc tenir compte de toutes les opérations liées à chacun des exercices. Ainsi, le rattachement de tous les produits acquis et de toutes les charges supportées à l’exercice comptable est indispensable pour déterminer le résultat d’une entreprise.

La prise en compte de la totalité des opérations nécessaires au rattachement des charges et des produits est donc nécessaire à la clôture de l’exercice.

2-2- Le principe des coûts historiques

Ici, on se base sur la traçabilité de la valeur d’origine de tous les biens qui ont été acquis. En d’autres termes, les biens acquis par une entreprise doivent être mentionnés au sein de son bilan pour leur montant d’acquisition, soit leur coût historique. Cependant, dans le cadre de la production interne d’autres biens, ceux-ci doivent être enregistrés à hauteur de leur montant de production.

Pourtant, il existe une exception à cette règle. Le concept de réévaluation libre permet de réévaluer certaines immobilisations, financières ou corporelles.

2-3- Le principe d’intangibilité du bilan d'ouverture 

Il s’agit ici d’un principe qui tire son origine de l’article L123-19 du Code de commerce. Ce code stipule que le bilan d'ouverture d’un exercice comptable doit obligatoirement correspondre au bilan de clôture de l’exercice comptable réalisé précédemment.

2-4- Le principe de prudence

Celui-ci demande aux entreprises de se baser sur des appréciations de vigilances dans le but de pouvoir anticiper les potentielles pertes futures. Leur comptabilité doit donc être effectuée en y tenant compte. En appliquant ce principe, les personnes morales peuvent éviter de transférer des incertitudes (susceptibles d’impacter le patrimoine interne) aux exercices à venir. Pour respecter ce principe, il faut donc comptabiliser uniquement les produits déjà réalisés, et effectuer le constat d’une charge lorsque sa réalisation est probable.

2-5- Le principe d’importance relative

Le principe d'importance relative suggère aux entreprises de communiquer les informations qui ont la possibilité d’orienter les différentes décisions de leurs partenaires. De ce fait, le dirigeant de l’entreprise est chargé de divulguer les événements représentatifs à sa connaissance. Il s’agit donc d'apporter des facteurs d’éclaircissement aux éléments qui pourraient impacter la sincérité des comptes annuels.

2-6- Le principe de non compensation

Il consiste à procéder à l’évaluation séparée des éléments d’actifs et de passifs. De plus, il n’est pas recommandé de compenser ces éléments entre eux. Comme c’est le cas au niveau des produits et des charges, aucune compensation n’est possible.

Il existe cependant des exceptions à cette règle, tels que “les rabais, les remises et les ristournes” qui viennent en diminution des comptes concernés à la clôture de l’exercice comptable.

2-7- Le principe de bonne information

L’entreprise doit s’assurer que les informations présentes au sein des comptes sont suffisamment claires pour permettre au lecteur des comptes de les comprendre aisément.

2-8- Le principe de prééminence de la réalité sur l’apparence

Ce principe vise à présenter les opérations réalisées au sein de l'entreprise en toute transparence. Ainsi, le but et l’utilité des opérations réalisées doivent être déterminés : le fond doit primer sur la forme.

2-9- Le principe de permanence des méthodes

Le but est de limiter la variation des méthodes comptables d’un exercice à un autre. Dans l’idéal, il est recommandé d’utiliser les mêmes techniques comptables. L’objectif de cette démarche est de pouvoir obtenir des informations comparables. Lorsque ce principe n’est pas respecté, il devient très compliqué de pouvoir comparer les états comptables d’un exercice à un autre.

2-10- Le principe de capitaux propres

Cela correspond à la totalité du montant qu’ont investi les propriétaires d’une entreprise dans le cadre de leur activité. Les capitaux propres représentent les sommes d’argent qui ont été déboursées de manière directe par les entrepreneurs. Il peut également s’agir du réinvestissement des revenus gagnés par une entreprise depuis sa création. 

2-11- Le principe de compte courant d’associés

Aussi appelé apport en compte courant, il s’agit ici pour les associés d’effectuer une avance de fonds. L’objectif de cet apport est multiple : il peut servir à des fins de financement de création, au développement de l’activité, ou encore comme palliatif temporaire à l’insuffisance d’une trésorerie.

2-12- Le principe de continuité d’exploitation

Ici, l'entreprise doit se placer au sein d’une perspective de continuité d’exploitation, et ce afin d’établir ses comptes annuels. Ceci met en avant la possibilité pour l’entreprise de poursuivre son activité lors de l’établissement de ses comptes annuels.

NB : Lorsque la continuité d’exploitation est définitivement compromise, l’entreprise concernée est dans l’obligation d’établir ses comptes en valeur liquidative.

Si vous souhaitez démarrer une activité, nous vous invitons à prendre le taureau par les cornes et à commencer à créer votre entreprise.

Photo de profil de Clementine

Article écrit par Clementine

Clementine sur Youtube

Découvrez la démo du logiciel Clementine

Participer au Webinar

Articles similaires

Création et financement

À quoi sert un organisme de gestion agréé (OGA) ?

Un organisme de gestion agréé (OGA) est une personne morale qui a pour but de détecter et de prévenir les potentielles erreurs qui relèvent de la fiscalité.  Pour le dirigeant d’une entreprise, le fait d’adhérer à un OGA n’est pas anodin. Dans cet article, nous allons vous expliquer pourquoi.

· 3 min

Création et financement

Le prêt de main d'œuvre

Dans le cadre de vos activités entrepreneuriales, il se peut que vous disposiez d’une carence en main d'œuvre. Or, la main d'œuvre est souvent indispensable au bon fonctionnement d’une activité. Pour pallier à ce problème, vous allez contracter un prêt auprès d’une autre entreprise, mais pas n'importe lequel : dans le cas d’espèce, vous souhaitez obtenir un prêt de salariés.

· 4 min

Création et financement

Les avantages et les inconvénients de la SARL de famille

Dans le cadre de vos activités entrepreneuriales, il se peut que vous décidiez de mettre sur pied une entreprise familiale. Dans ce cas, une SARL pourrait s’avérer être la forme juridique idéale ! Ici, votre objectif est de mettre sur pied une entreprise qu’on appellera une SARL de famille.

· 4 min

Des offres adaptées à toutes les tailles d'entreprises

Dès 25€HT / salarié / mois

Un de nos gestionnaires de paie établit les bulletins de salaire de vos salariés et les déclarations sociales de votre entreprise.

Comparer les offres en détail
  • Bulletins de paie et charges mensuelles
  • Déclarations sociales, contrats de travails
  • Conseils illimités avec notre gestionnaire de paie
  • Et plus encore !
Démarrer

Dès 39€TTC / mois

Un Expert-Comptable Clementine vous accompagne dans la création de votre micro-entreprise et vous avez accès à notre logiciel comptable.

Comparer les offres en détail
  • Création de votre micro entreprise incluse
  • Accès à notre application de gestion comptable
  • Devenez un micro entrepreneur en 48h
  • Et plus encore !
Démarrer

Dès 59€HT / mois

Expertise-Comptable idéale pour freelances, consultants, artisans, professions libérales et prestataires de services.

Comparer les offres en détail
  • Synchronisation bancaire illimitée
  • Annotation automatique des transactions
  • Gestion des notes de frais
  • Module de facturation
  • Et plus encore !
Démarrer

Dès 99€HT / mois

Expertise-Comptable adaptée pour les dirigeants de TPE-PME, commerces et E-commerçants.

Comparer les offres en détail
  • Suivi des grands-livres
  • Synchronisation bancaire illimitée
  • Annotation automatique
  • Gestion des notes de frais
  • Liasse fiscale
  • Et plus encore !
Démarrer
Karine Le Marchand, ambassadrice Clementine.fr

Parlons de votre activité

Renseignez vos coordonnées, un conseiller Clementine vous contactera rapidement pour préparer notre collaboration.

Devis gratuit

Tarifs transparents et abordables, appelez nous au 03 83 93 14 14

4.2 sur 5 sur

4.2 sur 5 sur